Prier en temps d’épidémie

1) Prier Marie avec le pape François, mai 2020
Le pape François invite tous les chrétiens à prier Marie, durant le mois de mai, mois de Marie et nous propose deux belles prières.

« Sous ta protection nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu ».

Dans la présente situation dramatique, chargée de souffrances et d’angoisses qui frappent le monde entier, nous recourons à Toi, Mère de Dieu et notre Mère, et nous cherchons refuge sous ta protection.
O Vierge Marie, tourne vers nous tes yeux miséricordieux dans cette pandémie du coronavirus, et réconforte ceux qui sont perdus et qui pleurent leurs proches qui sont morts enterrés parfois d’une manière qui blesse l’âme.
Soutiens ceux qui sont angoissés pour les personnes malades auprès desquelles, pour empêcher la contagion, ils ne peuvent être proches.
Suscite la confiance en celui qui est inquiet pour l’avenir incertain et pour les conséquences sur l’économie et sur le travail.
Mère de Dieu et notre Mère, implore pour nous de Dieu, Père de miséricorde, quec ette dure épreuve finisse et que revienne un horizon d’espérance et de paix.
Comme à Cana, interviens auprès de ton Divin Fils, en lui demandant de réconforter les familles des
malades et des victimes, et d’ouvrir leur coeur à la confiance.
Protège les médecins, les infirmiers et les infirmières, le personnel sanitaire, les volontaires qui, en cette période d’urgence, sont en première ligne et risquent leur vie pour sauver d’autres vies. Accompagne leur fatigue héroïque et donne-leur force, bonté et santé.
Sois aux côtés de ceux qui, nuit et jour, assistent les malades ainsi que des prêtres qui, avec sollicitude pastorale et engagement évangélique, cherchent à aider et à soutenir chacun.
Vierge Sainte, éclaire l’esprit des hommes et des femmes de science, pour qu’ils trouvent de justes solutions pour vaincre ce virus.
Assiste les Responsables des Nations, pour qu’ils oeuvrent avec sagesse, sollicitude et générosité, en secourant ceux qui manquent du nécessaire pour vivre, en programmant des solutions sociales et économiques avec clairvoyance et avec esprit de solidarité.
Marie très Sainte, touche les consciences pour que les sommes considérables utilisées pour accroître et perfectionner les armements soient au contraire destinées à promouvoir des études adéquates pour prévenir de semblables catastrophes dans l’avenir.
Mère très aimée, fais grandir dans le monde le sens d’appartenance à une seule grande famille, dans la conscience du lien qui nous unit tous, pour que nous venions en aide aux nombreuses pauvretés et situations de misère avec un esprit fraternel et solidaire.
Encourage la fermeté dans la foi, la persévérance dans le service, la constance dans la prière.

O Marie, Consolatrice des affligés, embrasse tous tes enfants dans la tribulation et obtiens que Dieu intervienne de sa main toute puissante pour nous libérer de cette terrible épidémie, afin que la vie puisse reprendre dans la sérénité son cours normal.
Nous nous confions à Toi, toi qui resplendis sur notre chemin comme signe de Salut et d’espérance, o clémente, o miséricordieuse, o douce Vierge Marie. Amen.

O Marie,
tu resplendis toujours sur notre chemin
comme signe de salut et d’espérance.
Nous nous confions à toi, Santé des malades,
qui, auprès de la croix, as été associée à la douleur de Jésus,
en maintenant ta foi ferme.
Toi, Salut du peuple romain,
tu sais de quoi nous avons besoin
et nous sommes certains que tu veilleras
afin que, comme à Cana de Galilée,
puissent revenir la joie et la fête
après ce moment d’épreuve.
Aide-nous, Mère du Divin Amour,
à nous conformer à la volonté du Père
et à faire ce que nous dira Jésus,
qui a pris sur lui nos souffrances
et s’est chargé de nos douleurs
pour nous conduire, à travers la croix,
à la joie de la résurrection. Amen.

Sous Ta protection nous cherchons refuge, Sainte Mère de Dieu.
N’ignore pas nos supplications, nous qui sommes dans l’épreuve,
et libère-nous de tout danger, O Vierge glorieuse et bénie.

2) Après ? (texte envoyé par l' Ensemble paroissial Cuges-les-Pins, à diffuser et à partager)

Ce monde lancé comme un bolide dans sa course folle, ce monde dont nous savions tous qu'il courait à sa perte mais dont personne ne trouvait le bouton « arrêt d'urgence », cette gigantesque machine a soudainement été stopée net. A cause d'une toute petite bête, un tout petit parasite invisible à l'oeil nu, un petit virus de rien du tout... Quelle ironie ! Et nous voilà contraints à ne plus bougeret à ne plus rien faire. Mais que va t'il se passer après ? Lorsque le monde va reprendre sa marche ; après, lorsque la vilaine petite bête aura été vaincue ? À quoi ressemblera notre vie après ?

Après ? Nous souvenant de ce que nous aurons vécu dans ce long confinement, nous déciderons d'un jours dans la semaine où nous cesserons de travailler car nous aurons redécouvert comme il est bon de s'arrêter ; un long jour pour goûter le temps qui passe et les autres qui nous entourent. Et nous appelerons cela le dimanche.

Après ? Ceux qui habiteront sous le même toit passeront au moins 3 soirées par semaine ensemble, à jouer, à parler, à prendre soin les uns des autres et aussi à téléphoner à papy qui vit seul de l'autre côté de la ville ou aux cousins qui sont loin. Et nous appellerons cela la famille.

Après ? Nous écrirons dans la Constitution qu'on ne peut pas tout acheter, qu'il faut faire la différence entre besoin et caprice, entre désir et convoitise ; qu'un arbre a besoin de temps pour pousser et que le temps qui prend son temps est une bonne chose. Que l'homme n'a jamais été et ne sera jamais tout puissant et que cette limite, cette fragilité inscrite au fond de son être est une bénédiction puisqu'elle est la condition de possibilité de tout amour. Et nous appellerons cela la sagesse.

Après ? Nous applaudirons chaque jour, pas seulement le personnel médical à 20h mais aussi les éboueurs à 6h, les postiers à 7h, les boulangers à 8h, les chauffeurs de bus à 9h, les élus à 10h et ainsi de suite. Oui, j'ai bien écrit les élus, car dans cette longue traversée du désert, nous aurons redécouvert le sens du service de l'ETAT, du dévouement et du Bien Commun. Nous applaudirons toutes celles et ceux qui, d'une manière ou d'une autre, sont au service de leur prochain. Et nous appellerons cela la gratitude.

Après ? Nous déciderons de ne plus nous énerver dans la file d'attente devant les magasins et de profiter de ce temps pour parler aux personnes qui comme nous, attendent leur tour. Parce que nous aurons redécouvert que le temps ne nous appartient pas ; que Celui qui nous l'a donné ne nous a rien fait payer et que, décidément, non le temps ce n'est pas de l'argent ! Le temps c'est un don à recevoir et chaque minute un cadeau à gôuter. Et nous appellerons cela la patience.

Après ? Nous pourrons décider de transformer tous les groupes WhatsApp créés entre voisins pendant cette longue épreuve, en groupes réels, de dîners partagés, de nouvelles échangées, d'entraide pour aller faire les courses où amener les enfants à l'école. Et nous appellerons cela la fraternité.

Après ? Nous rirons en pensant à avant, lorsque nous étions tombés dans l'esclavage d'une machine financière que nous avions nous-mêmes créée, cette poigne despotique broyant des vies humaines et saccageant la planète. Après, nous remettrons l'homme au centre de tout parce qu'aucune vie ne mérite d'être sacrifiée au nom d'un système, quel qu'il soit. Et nous appellerons cela la justice.

Après? Nous nous souviendrons que ce virus s'est transmis entre nous sans faire de distinction de couleur de peau, de culture, de niveau de revenu ou de religion. Simplement parce que nous appartenons tous à l'espèce humaine. Simplement parce que nous sommes humains. Et de cela nous aurons appris que si nous pouvons nous transmettre le pire, nous pouvons aussi nous transmettre le meilleur. Simplement parce que nous sommes humains. Et nous appellerons cela l'humanité.

Après ? Après ce sera différent d'avant mais pour vivre cet après, il nous faut traverser le présent. Il nous faut consentir à cette autre mort qui se joue en nous, cette mort bien plus éprouvante que la mort physique. Car il n'y a pas de résurrection sans passion, pas de vie sans passer par la mort, pas de vraie paix sans avoir vaincu sa propre haine, ni de joie sans avoir traversé la tristesse. Et pour dire cela, pour dire cette lente transformation de nous qui s'accomplit au cœur de l'épreuve, cette longue gestation de nous-mêmes, pour dire cela, il n'existe pas de mot.

3) Prières proposées par le sanctuaire de Notre-Dame du Cap Lihou de Granville (transmises par françoise de l'équipe R de Coutances)

- Stella coeli exstirpavit dont les vers sont tirés d'une homélie sur la nativité de Saint Pierre Damascène, évêque de Damas au VIIIème siècle

L'Etoile du Ciel, qui allaita le Seigneur, a déraciné le fléau de la mort
que le premier parent de l'humanité avait planté.
Puisse cette même Etoile brillante daigner maintenant englober le monde,
dont les combats ont abattu le peuple avec la plaie d'une mort redoutée.
O glorieuse Etoile de la mer, protège-nous du fléau!
Ecoute-nous, ô Dame, car ton Fils t'honore en ne te refusant rien.
Sauve-nous, Jésus!
Pour nous, la Vierge Mère te supplie.

V. prie pour nous, Sainte Mère de Dieu.
R. Toi qui a écrasé la tête du serpent, secours-nous.

Prions.
Dieu de Miséricorde, Dieu d'amour, Dieu de pardon, qui fut ému de compassion par l'affliction de ton peuple, et qui dit à l'Ange dévastateur: "Retiens ta main"; pour l'amour de cette Etoile Glorieuse, dont le sein précieux t'a allaité avec douceur contre le venin de nos péchés, accorde nous le secours de ta grâce, afin qu'à l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie ta Mère, nous soyons délivrés de tout fléau et de la mort imprévue, et que nous soyons miséricordieusement sauvés de l'assaut de toute perdition.
par toi, Jésus-Christ, Roi de gloire, qui avec le Père et l'Esprit-Saint, vis et règne, Dieu, pour les siècles des siècles. R. Amen

- Sub tuum praesidium qui est l'une des plus anciennes prières adressées à Notre-Dame et dont le texte fut retrouvé sur un papyrus égyptien écrit en grec et daté du IVème siècle.

Sous l'abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu.
Ne méprise pas nos prières quand nous sommes dans l'épreuve,
mais de tous les dangers, délivre-nous toujours,
Vierge glorieuse et bénie.

Jésus, j'ai confiance en Toi
Notre-Dame du Cap-Lihou, priez pour nous
Notre-Dame du Perpétuel Secours, priez pour nous
Marie, secours des malades, priez pour nous
Marie, consolatrice des affligés, priez pour nous
Saint Roch, priez pour nous
Saint Sébastien, priez pour nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *