rencontre de l’équipe de Rouen, le 2 Octobre 2018

LA VIE TOUJOURS NOUS BOUSCULE,NOUS DÉRANGE !

Vivre, c'est être dérangé, par des événements, par les autres, par le temps, ect.... Il ne s'agit donc pas de se protéger, mais de faire face, de s'adapter, de répondre. Le proverbe dit; " La vie ne consiste pas à échapper aux orages, mais à apprendre à danser sous la pluie". Mais de quelles forces disposons-nous pour affronter le dérangement, le changement ou le déménagement, en fait le chaos habituel de nos pauvres vies ?

La force de la liberté, par la réflexion, le recul, la méditation, la prière.

La force de la fraternité, par la famille, les amis, les sages, leur écoute et leur conseil.

La force de l'espérance, grâce à notre idéal, nos valeurs, nos rêves, ou la foi.

Ces forces peuvent nous permettre de vivre sereinement les événements graves ou joyeux de nos vies car nous pouvons alors exercer le travail de l'intelligence pour trouver le chemin, mettre en valeur la vérité, débusquer le mensonge, mesurer nos passions et poser un choix sans trembler. C'est prendre le temps du discernement. Le mot discerner vient du mot cribler. Le discernement, c'est passer au crible nos vies, nos idées, les appels que nous recevons pour poser un choix et agir. Enfin Saint Paul nous rappelle que "Tout concourt au bien de celui qui aime Dieu"(Rm 8,28). Aussi, que les bonnes résolutions de cette nouvelle année soient prises avec discernement. Bonne rentrée!

_____________________________________________________

  J'ai fait un rêve, la nuit de noël.

Je cheminais sur la plage, côte à côte avec le Seigneur.

Nos pas se dessinaient sur le sable, laissant une double empreinte,

La mienne et celle du Seigneur.

L'idée me vint - c'était un songe -

Que chacun de nos pas représentait un jour de ma vie.

Je me suis arrêté pour regarder en arrière.

J'ai vu toutes ces traces qui se perdaient au loin.

Mais je remarquai qu'en certains endroits,

Au lieu de deux empreintes, il n'y en avait plus qu'une.

J'ai revu le film de ma vie.

O surprise !

Les lieux de l'empreinte unique

correspondaient aux jours les plus sombres

De mon existence.

Jours d'angoisse ou de mauvais vouloir ;

Jours d’égoïsme ou de mauvaise humeur ;

Jours d'épreuves et de doute ;

Jours intenables .....

Jours où, moi aussi, j'avais été intenable.

Alors, me tournant vers le

Seigneur, j'osai lui faire des reproches :

" Tu nous a pourtant promis d'être avec nous tous les jours !

Pourquoi n'as tu pas tenu ta promesse ?

Pourquoi m'avoir laissé seul aux pires moments de ma vie ?

Aux jours ou j'avais le plus besoin de ta présence ? "

Mais le Seigneur m'a répondu :

" Mon ami, les jours où tu ne vois qu'une trace de pas sur le sable,

ce sont les jours où je t'ai porté. "

-Ademar de Barros, poète brésilien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *