Méditation

Dans son exhortation apostolique « La joie de l’amour », le pape François propose une méditation sur la lettre de St Paul aux Corinthiens (1Co 13, 4-7) (l’hymne à la charité).
Voici un résumé de cette méditation.
Bonne lecture !
Régine Fermaut

« La charité est patiente
La charité est serviable
Elle n’est pas envieuse
La charité ne fanfaronne pas
Elle ne se gonfle pas
Elle ne fait rien d’inconvenant
Ne cherche pas son intérêt
Ne s’irrite pas
Ne tient pas compte du mal
Ne se réjouit pas de l’injustice
Mais elle met sa joie dans la vérité
Elle excuse tout, croit tout, espère tout, supporte tout »

La grâce du sacrement du mariage est destinée avant tout à perfectionner l’amour des conjoints. Le mot amour, l’un des plus utilisés, semble souvent défiguré. L’hymne à la charité de St Paul se vit et se cultive dans la vie que partagent tous les jours les époux entre eux et avec leurs enfants.

LA PATIENCE
Ce n’est pas simplement « qui supporte tout ».
Cela se révèle quand la personne ne se laisse pas mener par les impulsions et évite d’agresser.
La patience de Dieu est un acte de miséricorde envers le pécheur et manifeste le véritable pouvoir.
Avoir patience, ce n’est pas permettre qu’on nous maltraite. Le problème survient lorsque nous exigeons que les personnes soient parfaites, alors tout nous impatiente.
La patience se renforce quand je reconnais que l’autre aussi a le droit de vivre sur cette terre, près de moi, tel qu’il est. Peu importe qu’il ne soit pas tout ce que j’espérais.
L’amour a toujours un sens de profonde compassion qui porte à accepter l’autre, même quand il agit autrement que je l’aurais désiré.

ATTITUDE DE SERVICE
La patience n’est pas une attitude passive. Elle est accompagnée par une réaction dynamique et créative face aux autres. La patience montre que l’amour bénéficie aux autres et les promeut . C’est pourquoi elle se traduit comme serviable.
Le sens du verbe « aimer » en hébreu c’est « faire le bien ».
L’amour doit se mettre plus dans les œuvres que dans les paroles.
Il nous permet d’expérimenter le bonheur de donner disait St Ignace de Loyola.

L’AMOUR N’ENVIE PAS
Alors que l'amour nous fait sortir de nous-même, l'envie nous porte à nous centrer sur notre moi.Le véritable amour valorise le succès d'autrui, il se libère du goût amer de l'envie.Il accepte que chacun aie des dons différents et des divers chemins dans la vie. J'aime cette personne, je la regarde avec le regard de Dieu qui nous offre tout, et j'accepte qu'elle puisse jouir d'un bon moment.

SANS FAIRE ETALAGE NI FANFARONNER
Celui qui aime, parce qu'il est centré sur les autres, sait se mettre à sa place, sans prétendre être au centre. L'amour n'est pas arrogant. Certains se croient grands parce qu'ils sont plus instruits que les autres. Mais c'est l'amour qui comprend, qui protège, qui nous rend grand.
« La science enfle alors que la charité édifie »
La logique de domination des uns sur les autres ou la compétition met fin à l'amour.

AMABILITE
Être aimable fait partie des exigences indispensables de l'amour.
Chaque jour, entrer dans la vie de l'autre, même quand il fait partie de notre vie, demande la délicatesse d'une attitude qui n'est pas envahissante, qui renouvelle la confiance et le respect.
L'amour, plus il est intime et profond, exige encore davantage le respect de la liberté et la capacité d'attendre que l'autre ouvre la porte de son cœur .
Pour se préparer à une véritable rencontre avec l'autre, il faut un regard aimable porté sur lui.
Cela n'est pas possible quand règne un pessimisme qui met en relief les défauts et les erreurs de l'autre.
Celui qui aime est capable de dire des mots d'encouragement qui réconfortent, qui fortifient, qui consolent, qui stimulent.

DETACHEMENT
Pour aimer les autres il faut premièrement s'aimer soi-même.
Celui qui est dur pour soi-même, pour qui serait-il bon ?
Mais l'amour de soi-même n'est pas plus noble que le don de soi aux autres.

SANS VIOLENCE INTERIEURE
L'indignation est saine lorsqu'elle nous porte à réagir devant une grave injustice, mais elle est nuisible quand elle tend à imprégner toutes nos attitudes(de défensive) devant les autres.
Sentir la force de l'agressivité qui jaillit est une chose, y consentir en est une autre.
« Emportez-vous, mais ne commettez pas de péché : que le soleil ne se couche pas sur votre colère »(Ep 4,26)
Comment faire la paix ? Un petit geste, une petite chose et l'harmonie familiale revient.

LE PARDON
Le pardon se fonde sur une attitude positive, qui essaie de comprendre la faiblesse d'autrui et cherche à trouver des excuses à l'autre personne.
La tendance est de chercher toujours plus de fautes, d'imaginer toujours plus de méchanceté de sorte que la rancœur s'accroît progressivement.
Personne ne dit que le pardon est facile. Nous savons aujourd'hui que pour pouvoir pardonner, il faut passer par l'expérience libératrice de nous comprendre et de nous pardonner nous-même.
Cela suppose l'expérience d'être pardonné par Dieu, justifié gratuitement et non pour nos mérites.
Si nous acceptons que l'amour de Dieu n'est ni à acheter ni à payer, alors nous pourrons aimer par dessus tout, pardonner aux autres.

SE REJOUIR AVEC LES AUTRES
Celui qui a toujours besoin de se comparer, ou qui est dans la compétition, ne peut se réjouir du bien de l'autre et valoriser ses capacités.
Quand une personne qui aime, peut faire du bien à une autre, elle le vit avec joie ; « Dieu aime celui qui donne avec joie »(2Co 9,7)

L'AMOUR EXCUSE TOUT
La liste est complétée par 4 expressions qui parlent d'une totalité : « tout »
Excuse tout, croit tout , espère tout, supporte tout.
Ainsi est mis en évidence avec force, le dynamisme propre à la contre-culture de l'amour, capable de faire face à tout ce qui peut menacer.
« L'amour excuse tout » c'est différent de « ne tient pas compte du mal ». La parole de Dieu nous demande de ne pas porter atteinte à l'image de l'autre, c'est une manière de se vider de ses rancœurs. L'amour a souci de l'image de l'autre avec une délicatesse qui conduit même à préserver la bonne réputation des ennemis.
Les époux qui s'aiment essaient de montrer le bon coté du conjoint. Ils gardent le silence pour ne pas nuire à son image. Ce n'est pas la naïveté de celui qui prétend ne pas voir les difficultés et les points faibles de l'autre, mais la perspicacité de celui qui replace ces faiblesses et ces erreurs dans leur contexte. Il se rappelle que ces défauts ne sont qu'une partie, non la totalité de l'être de l'autre.
Un fait désagréable de la relation n'est pas la totalité de cette relation.
Nous sommes tous un mélange complexe de lumières et d'ombres.
L'amour cohabite avec l'imperfection, il l'excuse et il sait garder le silence devant l'être aimé.

L'AMOUR FAIT CONFIANCE
On ne doit pas comprendre cette foi dans le sens théologique, mais dans le sens courant de la confiance. Il ne s'agit pas seulement de ne pas suspecter de me mentir ou me tromper.
Cette confiance de base reconnaît la braise qui brûle encore sous la cendre.
L'amour fait confiance, il préserve la liberté, renonce à tout contrôler, à posséder, à dominer.
Cela favorise la sincérité et la transparence. Car lorsque quelqu'un sait que les autres ont confiance en lui, et valorisent la bonté fondamentale de son être, il se montre alors tel qu'il est, sans rien cacher.
Une famille où règne fondamentalement une confiance affectueuse, fait la véritable identité de ses membres, la fausseté et le mensonge sont rejetés.

L'AMOUR ESPERE
Il ne désespère pas de l'avenir, c'est l'espérance de celui qui sait que l'autre va changer.
Cela ne signifie pas que tout va changer dans cette vie. Cela implique d'accepter que certaines choses ne se passent pas comme on le désire, mais que peut-être Dieu écrit droit avec des lignes courbes. L'espérance inclut la certitude d'une vie au-delà de la mort.

L'AMOUR SUPPORTE TOUT
Supporter n'est pas seulement tolérer.
C'est une résistance dynamique et constante capable de surmonter tout défi.
L'amour manifeste une option pour le bien que rien ne peut abattre .
Martin Luther King disait : »celui qui te hait le plus a quelque chose de bon en lui »
Dans la vie de famille, il faut cultiver cette force de l'amour qui permet de lutter contre le mal qui la menace. L'idéal chrétien, et particulièrement dans la famille est un amour en dépit de tout.
J'admire parfois l'attitude des conjoints qui ont dû se séparer pour se préserver de la violence physique, et qui cependant, par charité conjugale qui sait aller au-delà des sentiments, ont été capable de leur faire du bien, même si c'est à travers d'autres personnes...
Cela aussi est de l'amour en dépit de tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *