Un pardon en chemin

L'offense est là, comme une ancre plantée
dans les sables mouvants de ma mémoire.
Je n'arrive pas à l'en retirer.

J'ai parfois le désir d'une réconciliation,
mais la blessure reste ouverte,
sensible et souvent douloureuse.

Je voudrais m'expliquer, argumenter, demander pourquoi?
Alors, tout en moi se met à tourner en rond.
Et je reste seul avec mes questions.
J'ai besoin d'une parole
pour comprendre ce qui s'est passé.
J'ai besoin d'une vérité qui n'est pas faite.
Et une écharde reste plantée dans le fond de mon être.

Je me sens victime, victime d'une injustice.
Et personne ne peut prouver mon innocence.
Montent en moi les mots des enfants: "c'est pas juste!"
Et je reste blessé....

Une seule issue, prendre le chemin du pardon.
En avoir le désir, d'abord!
Un vrai désir, un désir qui ouvre un avenir,
Un désir qui se fait supplication...
Face à la croix du Crucifié
Je veux prononcer son nom.

"Toi, Dieu Père, fais ce que tu veux!
Je ne dis pas que je l'aime,
mais je lui veux du bien
pour le mal qui m'a été fait.
Je ne veux plus avoir de comptes à régler.
Je remets entre tes mains
la vérité que je ne peux faire
et la justice que je ne peux prononcer!
Débrouille tout, et le moment venu,
Aide-moi à faire la lumière."

Dans ce geste d'abandon, je vais mon chemin,
jusqu'au jour où toute vérité se fera
jusqu'au jour où toute justice se manifestera.
Et je cueille la paix qui m'est donnée.

Jacques Lancelot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *